Chargement Évènements
  • Cet événement est passé

Ensemble Baroque de Toulouse, direction Michel Brun

avec Caroline Champy Tursun, mezzo-soprano

M. Brun, traverso, C. Geiller et V. Delmas, violons,
J- F Gouffault, alto, A. Mathé, violoncelle,
F. Ratajczyk, contrebasse, C. Genet, clavecin

Autour du Stabat Mater 

Concert VIVALDI
Sinfonia du Saint-Sépulcre
– Stabat Mater, pour mezzo-soprano & orchestre
– Sonate pour Violoncelle et clavecin RV46 (Violoncelle : Alice Mathé – Clavecin : Christine Genet)
– Svena uccidi abbatti atterra, air d’opéra extrait de Bajazet
– Vedro con moi diletto, air d’opéra extrait d’Il Giustino
– Concerto Il Gardellino pour traverso et orchestre / soliste : Michel Brun, traverso
– Da qual ferro che ha svenato, air d’opéra extrait d’Il Farnace

La presse en parle! 

« Ce n’était d’ailleurs pas l’unique Passion à retentir dans la Halle cette année, mais bien la seule à s’imposer sans l’ombre d’un doute, à la fois par la monumentalité de l’œuvre et par la prestation. Il faut bien dire que sur un tel écho, Michel Brun n’a rien à envier à Marc Minkowski, et l’Ensemble Baroque de Toulouse ne souffre pas la comparaison avec les Musiciens du Louvre ! (…) Caroline Champy Tursun montre sans doute le jeu le plus expressif du plateau, parfaite dans la position de la dolente. »

Arnaud Saura-Ziegelmeyer, Bachtrack, juin 2017 (le plus grand site de critique musicale en Europe)

 

« L’émotion est à son comble dans les arias d’alto, qui expriment la souffrance de l’âme et Caroline Champy-Tursun a su toucher le public avec profondeur et délicatesse »

Alain Huc de Vaubert, Resmusica, juin 2017

 

«….Caroline Champy-Tursun aura la palme de l’émotion. Avec un engagement total et des gestes d’une théâtralité pondérée : elle touche au cœur le public et tout particulièrement dans le si sensuel air des larmes. Son timbre est prenant et sa diction est merveilleuse. (…)Je dois reconnaître que jamais je n’avais entendu une Passion si émouvante. »

Hubert Stoecklin, Classiquenews, juin 2017

Pour en savoir plus sur l’Ensemble Baroque de Toulouse et Caroline Champy Tursun